Evolution de la population

Image représentant :

Depuis sa création en 1792 (500 habitants à l’époque) jusqu’à 1968 (666 habitants), la commune de Brié-et-Angonnes a connu une grande stabilité au niveau de sa population. On observe seulement une baisse dans les années 1920 (372 habitants) liée à la première guerre mondiale (le monument aux morts du cimetière des Broux nous montre que la population fut locale fut décimée, au plein sens du terme !).

Brié-et-Angonnes s’agrandit

Le recensement de 1975 montre que la population a plus que doublé en une dizaine d’années : une augmentation de 127% ! A cela, une raison essentielle, la construction des premiers lotissements, qui font entrer une première génération de citadins dans la population du village rural. S’y ajoute le rattachement de Tavernolles — jusque là un quartier de Poisat — fin 1972, et de ses 139 habitants.

Au cours des années 1980, la population est stabilisée. Elle commence à augmenter régulièrement dans les années 1990, avant de connaître une très forte augmentation depuis le début du XXIème siècle. A cela, deux raisons :
- l’ouverture de nombreux terrains à la construction via le nouveau Plan d’Occupation des Sols ;

Image représentant :

- l’arrivée de jeunes ménages avec enfants, ou avec l’intention d’avoir des enfants (ainsi qu’en témoigne le doublement du nombre des naissances entre 1999 et 2001, qui oscille aujourd’hui entre 20 et 30 par ans).

Les nouveaux briataux

Ainsi, en 2006, 32,3% des briataux avaient emménagé depuis moins de 5 ans, et 53,1% depuis plus de 10 ans. La plupart de ces nouveaux briataux sont des rhône-alpins : en 2006, 94,6% des habitants étaient issus de la région (68,6% étant même présents sur la commune depuis au moins 2001).

Cette récente augmentation de population a entraîné une modification importante de la composition de la population. Par rapport à la moyenne nationale, Brié-et-Angonnes se caractérise par une surreprésentation des artisans/commerçants/chefs d’entreprise et des professions intellectuelles et cadres, et une sous-représentation des professions intermédiaires, des employés et des ouvriers. Du coup, le niveau de vie moyen des briataux et différents indicateurs de richesse (nombre de véhicules par ménage, nombre de pièces par logements, taux de propriétaires, taux d’emploi, ...) sont bien au-dessus de la moyenne nationale.



Auteur :

--- [Dernière mise à jour: .] ---